5 bons conseils avant de choisir un contrat d’assurance vie

assurance vie

Publié le : 09 mars 20237 mins de lecture

Avec plus de 1750 milliards d’euros d’encours placés, l’assurance-vie apparait en tête de liste des placements financiers les plus appréciés par les Français. Ce contrat est le moyen idéal de protéger ses proches en cas de décès. Il permet aussi d’épargner et de faire fructifier la somme initiale au fil des années pour financier un projet par exemple. Et les avantages de ce placement ne s’arrêtent pas là ! Dans cet article, vous trouverez 5 conseils qui vous aideront à choisir le meilleur contrat.

1-Commencez par définir votre projet

Le contrat d’assurance vie peut répondre à différents besoins :

  • Constituer une épargne ;
  • Valoriser une épargne existante ;
  • Mettre ses proches à l’abri en transmettant un capital à une personne physique ou morale en désignant le destinataire dans le contrat ;
  • Fournir une garantie pour un crédit bancaire ;
  • Se dégager des revenus complémentaires à court ou à long terme.

En fonction de vos objectifs et vos attentes, le contrat mis en place sera différent. Nous vous invitons alors à demander l’aide d’un professionnel pour faire le meilleur choix. Pour en savoir plus, rendez-vous sur baloise-life.com

À parcourir aussi : Gestion de patrimoine globale : Les contrats de capitalisation au Luxembourg comme outil clé

2-Renseignez-vous sur les différents types de fonds

Les supports financiers fournis en termes d’assurance-vie sont soumis à des risques de perte en capital, des pertes parfois conséquentes. On relève alors trois grandes catégories à commencer par les fonds en euros. La composition de ce type de fonds varie d’une compagnie d’assurance à une autre. Cependant, ils ont tous pour point commun des obligations qui garantissent la constance des rendements. Une partie du fonds peut servir d’investissement pour acheter des actions ou des biens immobiliers afin d’accroître les rendements, et ce à travers des dividendes et des loyers générés tous les mois. Ainsi, ce placement séduit en particulier les épargnants prudents qui souhaitent investir en limitant les risques.

La deuxième catégorie est celle des unités de compte. Il s’agit des parts d’organismes de placement collectif. La gestion de ces portefeuilles immobiliers est confiée à des sociétés accréditées par l’AMF. Il convient de rappeler qu’il y a deux types d’organismes de placement collectif :

  • les OPCVM appartenant à la directive européenne GFIA (gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs) ;
  • les FIA avec des règles d’investissement plus simplifiées.

Il n’y a pas de garantie pour les sommes investies sur les supports en unités de compte. Par conséquent, les risques en perte de capital sont plutôt élevés. Des frais supplémentaires peuvent être nécessaires.

Quant à la troisième catégorie, elle concerne les fonds euro-croissance qui assurent une sécurité optimale à l’épargnant puisqu’il s’agit essentiellement de placements obligatoires et que les variations du marché n’ont aucune incidence sur eux. L’objectif est d’assurer un rendement plus important que celui des fonds en euros, et ce sur le long terme.

À parcourir aussi : A qui s’adresse l’assurance vie à annuités variables ?

3-Choisissez prudemment la durée de placement

Avant de souscrire un contrat, il est nécessaire de s’interroger sur la durée d’engagement. En effet, ces contrats d’assurance-vie ne sont pas soumis à une durée légale. Ils prennent fin lors du décès. En cas de vie, ils s’achèvent à la date butoir préalablement définie. L’assurance-vie peut également prendre fin si l’assuré choisir de le racheter en entamant les procédures adéquates.

Pour être éligible à un dispositif fiscal plus profitable, le souscripteur doit opter pour un engagement sur au moins huit ans. Néanmoins, le bénéfice fiscal n’est pas l’unique avantage à prendre en considération. L’objectif du placement revêt le même niveau d’importance : se préparer à investir dans l’immobilier, obtenir un complément de retraite, protéger sa famille financièrement…

4-Renseignez-vous sur les conditions de versement et retrait

L’assurance vie à annuités variables (ou autre) est un placement prisé pour son mode de fonctionnement simplifié. Pour en bénéficier, il faut s’assurer que le contrat permet de verser de l’argent et de le retirer à sa guise.

Pour les versements, il y a trois types de primes à connaître :

  • les primes périodiques fixes ;
  • les primes à versements libres ;
  • la prime unique.

Les contrats à versements libres offrent de nombreux avantages. Néanmoins, un placement minimal de cent euros est généralement réclamé par les compagnies d’assurance. Il peut toutefois atteindre 500 ou1000 euros dans des situations particulières.

Par ailleurs, vous pouvez demander à votre assureur soit une avance soit un rachat. Qu’il soit partiel ou total, ce dernier doit être exprimé via une requête écrite envoyée à la compagnie d’assurance. D’un autre côté, vous avez l’avance qui correspond à un crédit fourni par l’assureur. Il évite au souscripteur de devoir retirer de l’argent de son épargne.

5-Prenez connaissance des frais d’assurance

Pour ne pas vous retrouver face à une situation délicate et inattendue, il faut prendre le temps de consulter les frais appliqués par la compagnie d’assurance à savoir :

  • les frais sur versements pour couvrir les dépenses de commercialisation prises en charge par l’assureur. Ils sont calculés en pourcentage prélevé sur le montant placé.
  • les frais de gestion qui s’élèvent à 3% pour les fonds à risques et à 0,7% pour les fonds en euros. Ils permettent de financer les frais de gestion financière des capitaux, de traitement du contrat et d’envoie de relevés de comptes.
  • les frais de sortie en rente et en capital que les assurés doivent verser lorsqu’ils décident de clôturer leur contrat. On y trouve aussi les frais de rachat partiel et total.
  • les frais d’arbitrage appliqués quand la nature d’un actif subit une modification. La somme est calculée en pourcentage ou sous forme de forfait fixe.

Très souvent, les frais précédemment cités finissent par constituer une dépense conséquente. S’ils ne sont pas pris en considération, l’assuré pourrait se retrouver dans l’obligation de payer plus d’argent que prévu. Ici, la souscription à un autre type de contrat serait l’un des conseils sur les assurances vie qu’il ne fait prendre à la légère.

Plan du site