Comment profiter d’avantages fiscaux et préparer sa retraite ?

3eme pilier

On voit parfois des personnes qui s’en sortent bien dans les affaires pendant leur vie de jeunesse, et une fois l’âge de la retraite venu, elles se trouvent dans des situations économiques difficiles. Le problème c’est que les pensions peuvent être insuffisantes. C’est pourquoi, il est sage de penser à d’autres sources de revenu puis faire les bons placements. Ainsi, dans le but de préparer la retraite, l’État a permis de faire des placements qui bénéficient d’avantages fiscaux. Aussi, les banques et les assurances ont été homologués pour commercialiser ce qu’on appelle le 3ème pilier. Nous allons voir cela en détail dans cet article.

Les différents moyens de profiter d’avantages fiscaux pour sa retraite

Pour avoir un capital suffisant, il est fortement conseillé de commencer tôt ses placements. Voici les principaux moyens de la faire. Le Plan d’Epargne Populaire (PERP), conseillé surtout pour les contribuables à gros revenu. L’épargne personnelle sera reversée en rente viagère à la retraite. Pendant les années de cotisations, le contribuable peut faire une sortie en capitale de 20 %. Bien sûr, sauf en cas de force majeure, les sommes seront bloquées jusqu’à la retraite. Puis, il y a aussi le contrat Madelin qui s’adresse aux travailleurs indépendants. Le capital ne peut être récupéré que sous forme de rente. A la retraite, le contribuable aura une pension taxable après 10 % de rabattement. À part cela, il y a aussi ce qu’on appelle, l’investissement locatif. Il s’agit de préparer sa retraite en louant des meubles ou en faisant des démembrements de propriété. Pour ceux qui exercent une activité lucrative en Suisse, une option très intéressante s’offrent à eux : le 3e pilier.

Il existe d’autres méthodes pour placer au mieux son argent.

Qu’est-ce que le 3ème pilier ?troisieme pilier

Le troisième pilier est un moyen de préparer sa retraite avec un contrat de prévoyance. Il est déductible de l’impôt avant un certain temps. Ce sont les banques et les compagnies d’assurance qui les vendent. Si vous optez pour une compagnie d’assurance, il sera soumis à un taux technique d’intérêt garanti. Actuellement, ce taux est de 0,25 %. Le 3ème pilier dans ce cas bénéficiera d’une libération de prime. Si vous optez pour la banque, le taux dépendra des marchés financiers. Il faut bien noter cependant, que vous ne pourrez bénéficier du troisième pilier que si votre activité se fait fiscalement en suisse.

Quelques conseils pour le 3ème pilier

Ne prenez le 3e pilier dans une banque si vous ne connaissez pas ou avez peu de connaissance sur le fonctionnement de la bourse et du monde économique. Si vous optez quand même pour la banque, sachez qu’il existe deux solutions. Premièrement, la solution classique qui est rémunéré à un taux faible. Puis, il y a la solution en fond de placement. Elle peut présenter un taux plus élevé mais elle est risquée car elle dépend beaucoup des marchés. Ne vous y aventurez pas si vous ne connaissez pas très bien la bourse ! Voici d’autres conseils pour bénéficier d’une réduction d’impôt.

 

Focus sur les meilleurs systèmes de retraite en Europe et au-delà

La retraite et les pensions sont parmi les questions les plus controversées au monde et, en même temps, ce sont celles qui nécessitent le plus d’interventions. L’État-providence des civilisations modernes est principalement régi par leurs systèmes de pension publics et leur capacité à atteindre la viabilité financière. Mais qu’ont en commun les pays les plus durables en matière de pensions ? Dans ce texte, découvrez quels sont les systèmes de retraite les plus durables au monde et comment ils peuvent servir de référence dans l’économie mondiale.

Les plus performants sur la viabilité

En ce qui concerne les pays les plus performants en matière de viabilité de leurs systèmes de pension, les Pays-Bas occupent la première place, suivis du Danemark. Le système de retraite néerlandais repose sur des prestations publiques et des régimes de retraite professionnelle. Dans le cas du Danemark, le système de retraite est divisé en trois piliers : les prestations publiques, les prestations complémentaires privées obligatoires et les prestations volontaires.

Une viabilité moyenne

Après les Pays-Bas et le Danemark, on trouve un autre pays nordique. La Finlande se classe troisième au monde pour la viabilité de son système de retraite. Le système de retraite finlandais se compose d’une pension contributive et d’une pension nationale. L’objectif des pensions contributives “est de maintenir le niveau de vie qu’une personne avait avant de prendre sa retraite. Les pensions nationales “offrent des prestations minimales de subsistance aux retraités qui n’ont pas de pension ou une pension très faible”. Les deux sont complémentaires, mais lorsqu’une pension est affectée par un autre revenu de pension, la pension nationale et la pension minimale garantie ne sont pas versées.

Système standard

En quatrième position, on trouve le système de retraite de l’Australie. Ce système est connu dans le monde entier, car il repose sur trois piliers : l’épargne privée (plans de pension), les pensions publiques et le fameux système “Super”, “Superannuation”. Cette dernière est celle qui est la plus reconnue dans le monde et celle qui permet d’augmenter le taux d’épargne de la population australienne. Le Super System suppose que toutes les entreprises australiennes ont une obligation légale d’allouer un pourcentage des salaires des employés (actuellement 9%) à un “super fonds” qui investit ces valeurs, destinées aux personnes à la retraite. Il s’agit d’un système de pension créé il y a quelques années, en 1992, et qui constitue depuis lors un exemple à suivre pour les autres pays.

Les meilleurs sur le système de pension

Enfin, un autre pays scandinave occupe la cinquième place dans le classement mondial des systèmes de pension les meilleurs et les plus durables. La Suède dispose d’un modèle de système de retraite basé sur des cotisations définies à la sécurité sociale et des cotisations définies à des comptes financiers individuels. Les cotisations définies de la sécurité sociale sont basées sur l’enregistrement des cotisations versées pendant la vie active, et le montant à percevoir au moment de la retraite est déterminé en tenant compte du nombre total de cotisations versées au fil des ans et de l’espérance de vie estimée au moment de la retraite. Quant aux contributions des comptes financiers individuels, elles sont basées sur les contributions individuelles aux fonds de pension.

En résumé, et comme on l’a vu, les pays qui bénéficient des meilleurs systèmes de pension ont tendance à avoir des plans de pension privés et individuels qui complètent les pensions publiques et contribuent à la durabilité des États. La rentabilité à long terme des plans de pension, tels que ceux proposés par PSN, ainsi que la possibilité de les gérer de manière professionnelle et en fonction du niveau de risque, font de ces produits d’épargne l’ingrédient parfait pour la durabilité et l’autosuffisance des systèmes de pension.