Consultants indépendants : 3 erreurs de débutants à éviter

Consultants indépendants

Publié le : 24 septembre 20216 mins de lecture

Depuis quelques années, l’étau se resserre sur les formations classiques. Le monde de l’emploi devient hautement concurrentiel. Au regard des formations diplômantes peu innovantes, les consultants indépendants proposent des prestations de services dans plusieurs secteurs d’activité. De ce fait, le travail indépendant peut être une solution très efficace pour amorcer une sortie de crise professionnelle. Toutefois, la complexité du métier des consultants indépendants requiert une maitrise de certaines règles et démarches administratives. Apprenez l’essentiel des écueils à connaitre pour conduire une activité indépendante comme un expert.

Ne pas recourir au portage salarial

Entreprendre en freelance est une activité qui exige beaucoup de courage et de persévérance. Entre la défiance des clients et le manque de visibilité de vos offres de services, il est difficile de s’arroger une place sur le marché des prestations de services. La législation en vigueur sur le droit des travailleurs est évolutive et offre davantage de protection aux travailleurs libres. Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, il est préférable de se référer aux dispositions légales afin de connaitre vos droits ainsi que vos possibilités d’action. Par exemple, cette précaution vous évitera de tomber sous le coup des pénalités relatives aux retards de déclaration ou au non-paiement de votre impôt sur le revenu. Mieux, elle est utile pour connaitre les démarches administratives et exercer en toute légalité ou pour une meilleure valorisation de vos prestations de service. Par ailleurs, il est recommandé d’opter pour la solution du portage salarial. En effet, la convention de portage est un contrat qui met en relation trois acteurs : une société de portage salarial, un consultant qui est le porté et l’entreprise destinataire qui est le client.

Dans cet accord tripartite, le consultant libre possède un statut particulier qui est celui d’entrepreneur salarié. Il a également droit à un bulletin de salaire. De ce fait, il profite des avantages consentis à un salarié tout en conservant son titre d’entrepreneur libre. Cette double position est idéale pour gagner de meilleurs contrats. Toutefois, ce genre de statut inédit est entouré de clauses particulières. En conséquence, il est fortement déconseillé de s’engager dans un tel accord sans maitriser les termes du contrat ou se référer à un avocat du droit du travail. Connaitre les droits et devoirs d’un entrepreneur salarié en situation de portage peut être profitable afin de compter sur une assurance maladie, une couverture sociale ou pour s’acquitter de ses cotisations sociales ou de l’impôt sur le revenu dû.

Mal évaluer ses charges sociales

Les nouveaux modes de travail n’excluent pas les charges obligatoires qui peuvent être exigibles à tout travailleur. En réalité, la loi prend en compte la diversification des ressources et des entrepreneurs. Elle s’adapte parfaitement aux nouveaux canaux de captation de profit afin de mieux prélever l’impôt sur le revenu. Généralement, les débutants en freelance ne tiennent pas suffisamment compte de ces prélèvements obligatoires avant de fixer leur prix. D’ailleurs pour un novice en consulting, établir sa grille tarifaire relève d’une véritable épreuve. Retenez qu’il convient d’éviter de fixer votre salaire sans une référence précise. Vous pouvez vous référer et vous adapter au prix pratiqué sur le bulletin de salaire d’un travailleur porté afin de rester compétitif. Une autre alternative consiste à définir votre salaire annuel de subsistance et d’en dégager votre tarif journalier ou à l’heure. Quel que soit le cas envisagé, il ne faut pas oublier d’ajouter une majoration permettant de couvrir vos charges sociales ou vos dépenses de fonctionnement. Un minimum de 45% du salaire visé et de 15 % du chiffre d’affaires est suffisant pour couvrir ces charges fixes.

Surévaluer ses offres et se fondre dans des services classiques

Dans une société tout comme dans le monde entrepreneurial, la convergence des acteurs induit à la longue la chute du marché. Dans une telle perspective, il est indispensable de sortir des sentiers battus afin de proposer des offres adaptées à vos cibles. La plupart des nouveaux diplômés se conforment aux réalités existantes puis finissent par se décourager et abandonner leur projet. Pour développer votre renommée, vous devez apprendre à intéresser vos recruteurs. L’une des clés qui feront la différence est la créativité dont vous faites preuve. Il convient aussi d’éviter d’exposer votre stratégie d’actions. Privilégiez l’action plutôt que les discours. En outre, la constance dans vos réalisations participera à renforcer votre crédibilité. Les clients sont toujours frileux de confier de gros projets à des amateurs. C’est la raison pour laquelle vos premiers contrats doivent être absolument bien traités et exécutés par vos propres soins. Évitez la délégation de tâche dès les premiers négoces.

Si vous n’êtes pas certains de réaliser un travail impeccable, évitez de le prendre en charge. S’il est vrai qu’oser peut vous aider à acquérir plus d’expériences, il demeure préférable de rester réaliste dans la présentation de votre profil digital. Il va sans dire que proposer des prix exorbitants pour un travail modeste est un mauvais conseil. Le cas échéant, vous n’obtiendrez pas de recommandations, encore moins de réalisations à afficher dans votre porte-folio.

Plan du site