Expertise automobile : quand doit-elle être réalisée et comment ?

Expert automobile

Publié le : 14 novembre 20198 mins de lecture

Si votre véhicule fait face à des dommages matériels provoqués par un accrochage ou un accident, l’assureur entre en scène pour déterminer l’indemnisation que vous toucherez. En général, il demande l’intervention d’un expert. Dans tous les cas de figure, l’assurance ne sortira son chèque sans que ce dernier n’ait enregistré et évalué la situation.

Quand est-ce que cette option est-elle nécessaire ?

Une expertise automobile peut être de nature facultative ou obligatoire. Elle est obligatoire, par exemple, lors d’une catastrophe technologique qui engendre des dommages conséquents. Il est bon à savoir que c’est la compagnie d’assurance qui est décisionnaire et qui peut donner son aval ou non. C’est également l’assureur qui désigne le professionnel chargé du cas. Toutefois, il vous est possible de demander une contre-expertise si l’expertise ne vous convient pas. Dans cette optique, les frais seront entièrement à votre charge.

Cette option peut vous éviter de passer devant un tribunal, car elle peut éloigner, voire éliminer, toute procédure judiciaire. Ce professionnel peut être mandaté pour des missions variées :

– Chiffrer la valeur réelle de votre véhicule ;

– Rédiger un rapport d’expertise qui estime la somme totale du dommage affectant votre véhicule. Il peut faire intervenir votre contrat d’assurance par la suite ;

– Trouver la solution dans les brefs délais et dans les meilleures conditions, notamment en cas de litiges avec un tiers. Vous bénéficierez à tout moment d’une protection juridique optimale ;

– Vous conseiller et vous assister lorsqu’une expertise judiciaire vous est imposée. Dans ce cas précis, vous faites office de demandeur, d’avocat ou du mis en cause ;

– Suivre la réparation d’un véhicule VEI (Véhicules Économiquement Irréparables) ou VGE (Véhicules Gravement Endommagés) dans l’objectif d’obtenir un certificat de conformité ;

– Reconsidérer la valeur de remplacement de votre véhicule si vous n’êtes pas d’accord avec celle qui est allouée par l’assureur.

N.B : l’expertise se fait obligatoirement devant un garagiste et/ou de l’assuré. Celle-ci est tenue avant d’entamer toute réparation. Ce professionnel de l’expertise collabore étroitement avec le garagiste afin de déterminer la méthode de réparation envisagée et le coût y afférent. En sus, les deux évaluent la durée pendant laquelle la voiture sera immobilisée. Dans le cas où cette dernière est trop endommagée, le professionnel vérifie si le tarif des réparations ne dépasse pas sa valeur.

Afin de chiffrer la valeur exacte d’un véhicule, il se réfère à l’état de ce dernier. Pour ce faire, il se base sur les factures des réparations réalisées antérieurement, sur les kilomètres parcourus et les tendances actuelles du marché sur place.

À parcourir aussi : Défense des victimes d’accident corporel en région parisienne

Pourquoi faire appel à ce professionnel du domaine automobile ?

Plusieurs raisons font que ce professionnel intervienne :

  • Évaluation des sinistres

Le constat et l’évaluation des dommages subis par les voitures accidentées ou non restent sa principale mission. Il donne une estimation du montant nécessaire pour la remise en état du véhicule. Une déclaration de sinistre est ensuite effectuée.

Il est le seul habilité à décider quel sort sera réservé à la voiture endommagée après un sinistre. Si celle-ci est encore réparable, techniquement parlant, il dresse une liste des réparations à effectuer pour les chiffrer dans un second temps. Il s’agit ici d’une expertise amiable. Cette expertise se tient dans l’atelier du garagiste. Avant de démonter le véhicule, le professionnel de l’expertise doit lister les dégâts plausibles (pièces à réparer, pièces à changer, définition du nombre de jours où la voiture ne va pas bouger, fixation de la durée de main d’œuvre pour la remise en état en mentionnant la partie carrosserie, mécanique, peinture, etc.). Seul le montant venant de l’expert automobile est retenu pour l’indemnisation du préjudice.

  • Lutte contre les trafics automobiles et les fraudes

Ce professionnel intervient dans la lutte contre les fraudes et les trafics automobiles. En ce sens, il aide à détecter les accidents montés de toutes pièces, les faux incendies de véhicules et les faux vols. Effectivement, les automobilistes sans scrupules peuvent être amenés à utiliser ces pratiques dans le but de toucher l’indemnisation. Il doit donc être consciencieux et toujours à l’affût de la moindre anomalie dans l’exercice de ses fonctions. Enfin, il est le garant de la sécurité des transactions de véhicules d’occasion. Par ailleurs, il est facile pour lui de repérer les fraudes au compteur et les vices cachés.

  • Responsable de la sécurité de votre voiture

Son rôle ne s’arrête pas à chiffrer les dommages subis par la voiture. Ce professionnel doit aussi veiller à la sécurité routière et la renforcer. Il peut alors autoriser ou non le propriétaire à récupérer son véhicule. On parle ici des VGE et des VEI. Cette procédure a lieu lorsque le montant des réparations excède la valeur du véhicule.

Dans quels cas l’intervention de ce professionnel n’est pas requise ?

L’intervention de ce professionnel n’a pas lieu d’être dans certains cas. En grande partie, cela dépend de la responsabilité de l’assuré dans l’accident ainsi que de son niveau de garantie. Si celui-ci est tenu pour responsable, sans une assurance tous risques – pas d’indemnisation.

Un autre cas où l’expertise n’est pas nécessaire : l’assuré n’est pas du tout responsable ou est en partie responsable de l’accident et le montant de l’indemnisation ne dépasse pas les 325 euros HT.

Même sur présentation de la facture par l’assuré aux assureurs, il est toujours recommandé (pour l’assuré) d’obtenir l’accord du sien avant d’effectuer n’importe quels travaux de réparation.

Qu’est-ce que l’expertise à distance ou EAD ?

L’EAD se fait uniquement à partir de photos. L’expert automobile se base sur ces clichés afin de déterminer l’ampleur des dégâts. Conformément à l’article R326-3, il doit informer obligatoirement l’assuré si cette option est choisie. Il n’est pas contraint de se déplacer pour voir physiquement la voiture. Cette alternative permet de ne pas laisser la voiture immobilisée chez le garagiste en attendant l’évaluation. Grâce à l’EAD, le dossier est traité plus rapidement. Si besoin est, un accord est formalisé entre les deux parties. Cela concerne la nécessité d’une expertise physique ou d’un devis. L’EAD est interdite dans les contextes VEI et VGE, de dommages électriques et d’immersion du véhicule, d’incendie et de dysfonctionnement lié aux éléments de structure ou de sécurité.

Combien coûtent les frais de ce professionnel ?

Il est important de savoir que seuls les experts inscrits sur la liste nationale peuvent être sollicités. Cette liste est établie par une commission spéciale qui comporte des représentants de l’État, des usagers et des professionnels de l’assurance. Il est utile de disposer d’une attestation en formation professionnelle spéciale pour être sélectionné dans cette liste.

Avant chaque contrat, ce professionnel doit prôner la transparence des prix de toutes les prestations réalisées. Ainsi, les personnes qui ont recours à lui bénéficient d’une prestation personnalisée. De plus, elles ont la possibilité de demander un devis. Ses horaires ne sont pas préétablis. Il les fixe librement. En règle générale, ceux-ci sont déterminés selon le temps passé sur le cas et les aptitudes administratives et techniques apportées. Les tarifs peuvent donc aller du simple au double en fonction de la nature de l’expertise.


Plan du site