La numérisation au service de la santé en médecine

La tendance à la mise en réseau touche également la médecine : les cliniques et les entreprises de santé testent de nouvelles méthodes numériques telles que l’analyse des données des patients. Cela devrait permettre d’améliorer la recherche et le traitement. Mais qui protège les données sensibles contre les abus ?

La tendance à la mise en réseau touche également la médecine

Les cliniques et les entreprises de soins de santé testent de nouvelles méthodes numériques telles que l’analyse des données des patients. Cela devrait permettre d’améliorer la recherche et le traitement. Mais qui protège les données sensibles contre les abus ?

Comprimés qui, après s’être dissous dans l’estomac, envoient des signaux pour une ingestion correcte ou lentilles de contact qui mesurent en permanence la pression oculaire pour prévenir le glaucome : Dans la médecine du futur, beaucoup de choses sont concevables qui aujourd’hui ressemblent à des rêves d’avenir. L’art de guérir – jusqu’à présent peu révolutionné par la numérotation ln – est sur le point de subir un changement. Elle offre des opportunités pour les patients, un soulagement pour les médecins, des affaires pour les entreprises, mais aussi des risques en matière de protection des données.

L’évaluation des données des patients est l’un des plus importants projets futurs du système de soins de santé allemand. Une initiative avec laquelle les hôpitaux universitaires pourraient un jour échanger des données sur les patients est généreusement financée à hauteur de 150 millions d’euros par le ministère fédéral de l’éducation et de la recherche. Jusqu’à présent, les compagnies d’assurance maladie ont déjà analysé les données comptables, mais pas les données médicales.

Selon le ministère, les cliniques et la recherche produisent déjà beaucoup de données. “De plus en plus de radiographies, de lettres de médecins ou de valeurs de laboratoire sont enregistrées électroniquement”. Mais les données ne sont pas suffisamment liées. Les patients doivent donc souvent faire une odyssée avec les médecins jusqu’à ce qu’ils reçoivent le bon traitement. Il y a souvent un manque de cas médicaux comparables ou d’expérience de longue date.

De quoi s’agit-il la numérotation santé

Il s’agit maintenant de jeter un pont entre les soins aux patients et la recherche. Le projet aide les chercheurs à mieux comprendre les maladies qui sont “urgemment nécessaires” pour de nouvelles méthodes de prévention, de diagnostic et de thérapie. À terme, les cliniques et les médecins pourront accéder aux données des patients via des interfaces et s’appuyer sur toutes les données importantes du système de santé.

La Grande-Bretagne a eu une bonne expérience de l’intégration des compétences des parties prenantes, déclare Susanne Mauersberg, experte en santé à la Fédération des organisations allemandes de consommateurs. “En attendant, il est urgent d’accroître l’expérience des patients dans la recherche, y compris avec les Big Data”.

L’importance de la numérotation santé

Les représentants des médecins se félicitent également de l’utilisation de données de traitement anonymes. Ce serait un “véritable pas en avant” pour la recherche si les patients pouvaient déterminer si les données relatives à leur traitement peuvent être stockées dans des bases de données “sécurisées et contrôlées par l’État”, déclare Peter Bobbert, président fédéral du Marburger Bund. Toutefois, cela nécessiterait des normes scientifiques et éthiques élevées et les patients devraient rester maîtres de la procédure. “Il ne faut pas passer outre à la protection des données”. Il manque encore une position commune de tous les États fédéraux pour le consentement des patients. Mauersberg préconise une solution pratique. Si les patients doivent donner leur consentement individuellement pour chaque objectif, cela n’est pas très pratique. “Nous avons également besoin d’une protection des données moderne et dynamique”. Selon elle, l’exemple négatif est celui des États-Unis : les profils des patients y sont échangés.

L’avantage de la numérisation au service de la santé en médecine

Si les données pouvaient être reliées et mises à la disposition des médecins, cela pourrait améliorer le traitement des patients atteints de maladies chroniques, selon la vision. Les données pourraient avertir de dommages cardiaques si le pouls au repos des patients était régulièrement trop élevé ou si les fluctuations des données indiquaient une rétention d’eau nuisible. Le projet est un projet prototype, souligne SAP. Toutes les lois sur la protection des données seront respectées.

Selon le Marburger Bund, les avantages économiques de la numérisation santé, qui profiteraient à l’ensemble du système de soins de santé, sont les bienvenus. La grande majorité des médecins salariés pensent que la numérisation pourrait améliorer le travail dans les hôpitaux. Cependant, les aspects économiques ne doivent pas être au premier plan. “Nous devons empêcher les entreprises financièrement solides de développer un modèle commercial à partir de données médicales personnalisées afin d’augmenter leurs propres profits”, déclare M. Bobbert.

Cependant, les projets numériques du futur coûtent beaucoup d’argent – et cela est rare dans les hôpitaux. Selon l’Association allemande des hôpitaux (DKG), un quart des quelque 2 000 hôpitaux en Allemagne enregistrent des pertes. Le Marburger Bund estime que dix milliards d’euros sont nécessaires pour la mise à niveau numérique. Elle demande un “programme spécial de l’État”.

Jusqu’à présent, cependant, l’argent a circulé assez lentement. Sur les six milliards d’euros nécessaires chaque année pour les investissements, les Länder n’en ont payé qu’environ la moitié, critique la DKG. L’argent pour la modernisation manque dans tous les coins et recoins. Il reste encore beaucoup à faire avant que les projets de vitrines numériques dans les cliniques ne soient mis en place.