Pourquoi les psychiatres conseillent-ils de décélérer le rythme de vie ?

La nomination suit la nomination tout en prônant des délais à respecter. Le bip de votre smartphone vous rappelle à vos devoirs : SMS, e-mails, réseaux sociaux et bien d’autres canaux de communication. Des amis et des connaissances étalent leur vie, sans restriction, généralement le meilleur aspect. Les mannequins publicitaires vous poussent à suivre les codes, ventre plat et rajeunissement. Alors un charme chasse le suivant. Les psychiatres redoutent cette existence accélérée, car l’Homme veut absolument expérimenter la “fast life”, sans anticiper l’impact négatif sur sa santé mentale. Les professionnels ont tiré la sonnette d’alarme sur les conditions de vie moderne en tant que facteur de risque.

Tout le monde est efficace, beau, jeune et veut le rester le plus longtemps possible. Cela a des conséquences sur le comportement des gens. Le mode de vie rend les gens malades. Mais ce même mode de vie entraîne indéniablement des changements comportementaux et émotionnels, et provoquer par la suite des troubles mentaux et/ou des maladies. La prévention et la thérapie sont ainsi de rigueur.

Cette crainte ne se reflète que partiellement dans les chiffres. La dépression, les troubles anxieux et les maladies de dépendance ont stagné depuis une quinzaine d’années. Par contre, on a remarqué une forte croissance concernant les troubles n’ayant pas subi de diagnostic psychiatrique. On constate, par exemple, que de plus en plus de jeunes souffrent de stress lié aux examens.

Parmi d’autres phénomènes faisant partie du tableau, il y a également les parents qui cherchent par tous les moyens à assagir les enfants à l’école. Pour cela, ils ont recours aux pilules sans avoir l’avis d’un spécialiste au préalable, sans même savoir si les médicaments répondront aux besoins de l’enfant. Par ailleurs, Internet joue un rôle prépondérant dans ces troubles, car aucune limite n’est fixée dans la grande majorité des foyers touchés.

D’un côté, la gente féminine ne se contente plus d’essayer des régimes, mais se préoccupent en permanence de leur apparence, finissant par développer des troubles de l’image corporelle, n’arrivant plus à décélérer le rythme de vie. Et de l’autre, les 5% de travailleurs consommateurs des drogues et autres substances illégales pour veiller et être performant. Cette tendance est à la hausse depuis quelques années, notamment parmi les étudiants désireux de réussir les examens par tous les moyens, jusqu’au burn out.

Existe-t-il une raison de se préoccuper de la société ? Oui et non. La manière dont les gens gèrent leur stress est également une question de condition personnelle. Ceux en manque d’estime de soi sont particulièrement exposés à la pression de l’auto-optimisation. Si, en revanche, j’ai une estime de soi suffisante – qui est liée à ma propre personnalité, à des traits hérités, mais aussi à des expériences des 15 à 20 premières années de vie – alors c’est un facteur de résilience important. La résilience est la capacité de faire face à l’adversité et aux coups bas – et de rester en bonne santé.

Chacun est maître de son destin et peut radicalement changer les choses. Il est important de mettre l’accent sur les loisirs. Même ne rien faire de temps à autre (comprenez “oisiveté”) est incroyablement utile pour la santé du cerveau. Aucune obligation, juste une question de choix. Il faut penser aux réussites de la journée plutôt qu’aux déficits. Et il est important de cultiver les contacts sociaux, de préférence face à face, par exemple autour d’un verre : les solitaires qui se sentent isolés sont particulièrement exposés aux risques de maladie mentale et sont plus vulnérables contrairement aux personnes ayant des relations développées.

D’après les enquêtes, les personnes les plus heureuses vivent au Danemark et la clé du bonheur est “l’hygge”, signifiant à peu près “confort”. Pour s’y essayer, il vous suffit : d’allumer une bougie, d’éteindre votre téléphone portable, de se réchauffer avec du chocolat chaud, de s’asseoir et de décélérer un rythme de vie effrénée. Prenez la vie côté zen, no stress et profitez de l’instant présent.